Stéphanie Lataste

Après des études universitaires en arts du spectacle et cinéma, elle débute à Paris, en 1997, en tant qu’assistante de production et researcher (documentaliste audiovisuelle) dans le secteur du documentaire d’auteur, TV et cinéma, où elle travaille notamment avec Peter Watkins, pour son long-métrage « La Commune de Paris, 1871 » (13 Production), JC- Averty (« Un siècle d’écrivains – R.Radiguet » – Agat Films), pour des soirées Thema ARTE.

Puis, elle devient assistante de réalisation auprès de Jean-Marie Barrère pour son documentaire « Robert et les ombres » (France 3- VM Group), et dans le secteur du film de commande (Burdin l’Image), avant de faire une formation continue à l’Iut de Journalisme de Bordeaux, en 2005.

Elle travaille, par la suite, en tant que Journaliste Reporter d’Images (France Télévisions, Capa TV, Demain TV), et réalisatrice de films de commande dans le secteur social, éducatif et culturel (Agefiph, Campagne Itinérante Handicap / Ministère de la Défense, Agence Europe-Education-Formation France ..), tout en menant des ateliers d’éducation à l’image (CLEMI, dispositif Collège au cinéma), puis devient Formatrice Image (3IS Bordeaux, BTS Audiovisuel, Digital Campus, IUT ..).

En parallèle, elle réalise des films et un travail photographique, plus personnels, écrit des projets autour du réel, sur la question du rapport au corps et sur la construction psychique. « Paysages » et expériences corporelles.

FILMOGRAPHIE >>>

Lataste_nieke 2012 : écriture d’un projet de film documentaire 52′ « Danse avec le monde », sur le corps en psychiatrie (en lien avec le travail de la chorégraphe Nieke Swennen).

2011 : « Terrains solidaires / Nos vieux ».
Lataste_Terrains solidaires - Nos vieux - copie copie Documentaire des chemins intergénérationnels croisés (association L’Art en personnes)

 

1997 : « Cunnawa A pi-su-ats, celle qui regarde l’étoile du matin ».Lataste_Cunnawa
Essai filmique intimiste relatant une vision d’enfance, celle de ma grand-mère que j’imaginais en vieille femme amérindienne. Ce film part à la rencontre d’histoires faites d’épreuves et d’esprits, que me contait mon aïeule.

1996 : ExposLataste_Parade of ghostsition photo à l’Université de Coleraine (Ulster) : « Parade of Ghosts », sur l’évanescence des corps des promeneurs irlandais.

 

 

 

HAUT